Accueil du site > Activités > cafés politiques > Accord-cadre entre la Suisse et l’UE : le signer ou non ?

Accord-cadre entre la Suisse et l’UE : le signer ou non ?

Et quelles relations entre la Suisse et l’UE dans l’avenir ?

jeudi 19 septembre 2019

Le vendredi 4 octobre, à 18h00

A la salle du Cercle du Mail

25 Rue du Vieux-Billard, 1205 Genève

Débat public et contradictoire, avec :

Sophie Buchs (PDC), membre de la présidence du PDC, candidate au Conseil national

Alexander Eniline (PdT), président du Parti du Travail, candidat au Conseil national et au Conseil des Etats

Carlo Sommaruga (PS), conseiller national, candidat au Conseil des Etats

Animé par Bertrand Tappolet, du journal Gauchebdo

L’accord-cadre entre la Suisse et l’UE, et au-delà les relations entre la Suisse et l’UE (poursuite de la voie bilatérale ? adhésion ? renégociations des accords ? alleingang ?), constitue un thème absolument central et d’une importance décisive de la politique suisse d’aujourd’hui. Pourtant, l’accord-cadre, bien qu’attaqué massivement par l’UDC (non sans une forte dose de démagogie) ne fait pas à notre avis suffisamment l’objet d’un débat approfondi sur le fond de son contenu lors de la présente campagne pour les élections fédérales. Il s’agit pourtant d’une question crucial pour l’avenir de notre pays.

Depuis plusieurs année, le Parti Suisse du Travail a adopté une position extrêmement critique envers l’UE (sur la base de la nature de celle-ci, que nous analysons comme une construction fondamentalement néolibérale, anti-démocratique et au service exclusif des grands monopoles). Notre Parti s’est également opposé aux accords-bilatéraux avec l’UE tels qu’ils existent actuellement, sur la base de leur contenu et de la transposition du droit communautaire qu’ils impliquent. Il a pris position contre une éventuelle signature par la Suisse de l’accord-cadre pour les mêmes raisons.

A contrario, le PDC genevois a pris position pour la signature de l’accord-cadre, et pour une adhésion de la Suisse à l’UE. C’est une position à laquelle il convient de reconnaître le mérite de la clarté (pendant que beaucoup d’autres esquivent cette question centrale de la politique suisse d’aujourd’hui avec des propos ambigus), bien qu’elle soit diamétralement opposée à la nôtre.

Le PS, bien que partageant un certain nombre de critiques au sujet de l’accord-cadre, demeure un parti à la fois de gauche et pro-européen. « Quiconque entend défendre et renforcer la démocratie helvétique doit plaider pour qu’elle gagne en influence là où se prennent les décisions les plus importantes. Force est de constater que c’est toujours plus le cas à Bruxelles. Même si le PS n’est pas toujours d’accord avec le cap politique tenu actuellement par l’Union européenne, il considère qu’en y adhérant, la Suisse disposera enfin d’un véritable droit de codécision, plutôt que d’en rester - comme aujourd’hui - à une simple reprise automatique des règles européennes. », pouvons-nous lire sur le site du PSS.

Les syndicats ont formulé des critiques sérieuses et importantes envers l’accord-cadre, du point de vue des droits des travailleurs. Ces critiques sont particulièrement centrales aux yeux du parti de travailleurs que nous sommes.

Afin que vous puissiez vous faire un avis éclairé au sujet de la question cruciale mais quelque peu complexe de l’accord-cadre, le Parti du Travail organise un débat public et contradictoire à ce propos dans ses locaux.

Restauration et boissons à prix populaires

Evénement public, entrée libre, venez nombreux !

Plan du site |  RSS 2.0