Accueil du site > Actualités > Communiqué de presse : l’initiative populaire « pour le remboursement des (...)

Communiqué de presse : l’initiative populaire « pour le remboursement des soins dentaires » est validée !

vendredi 13 janvier 2017

C’est avec satisfaction que le Parti du Travail a appris que le Conseil d’Etat a constaté la validité de l’initiative populaire « pour le remboursement des soins dentaires », qu’il avait déposé au mois de juillet dernier avec un nombre record de plus de 18’000 signatures. Non pas que nous ayons jamais douté que notre initiative soit juridiquement inattaquable, mais la validation est la chose la plus importante que le Conseil d’Etat ait dit à ce sujet dans son point de presse de ce mercredi.

Nous avons pris acte également du fait que le Conseil d’Etat appelle le Grand Conseil à rejeter notre initiative, ce qui ne nous étonne guère. Nous ne sommes pas surpris non plus de l’inanité des arguments que le gouvernement cantonal oppose à notre texte, qui à vrai dire ne sont que d’assez pitoyables arguties.

Après un rappel tout à fait exact de la teneur de notre initiative – « L’IN 160 a pour objectif lutter contre les effets médicaux de l’exclusion des soins dentaires de certaines couches paupérisées de la population. Elle demande l’introduction d’une nouvelle disposition dans la constitution de la République et canton de Genève pour que l’Etat mette en place une assurance obligatoire pour les soins dentaires de base ainsi qu’un dispositif de prévention en matière de santé bucco-dentaire. Le financement de cette assurance serait assuré, pour les personnes cotisant à l’assurance vieillesse et survivants (AVS), par un prélèvement analogue à celui de l’AVS et, pour les autres, par la politique sanitaire cantonale. » – Le Conseil d’Etat ne trouve à lui opposer qu’une expertise non-définie d’une « communauté scientifique internationale », qui aurait « démontré » que l’essentiel dans le domaine de la santé bucco-dentaire serait de ce concentrer sur la « prévention », que les « actions les plus efficaces » seraient celles qui « ciblent les groupes les plus exposés », et que, paraît-il « le type de financement de soins dentaires n’a pas un impact suffisant pour niveler les disparités socio-économiques ».

Le Conseil d’Etat rejette donc notre initiative. Et que propose-t-il à la place ? Mais rien, puisque, à ce qu’il paraît, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Ou comme il le dit lui-même « le canton de Genève bénéficie déjà d’une forte présence au niveau de la prévention et de la promotion de la santé bucco-dentaire, que ce soit au niveau scolaire ou par des aides financières distinctes selon les situations ». Bref, brossez-vous les dents trois fois par jour, et si vous n’avez pas assez d’argent pour vous faire soigner les dents, tant pis pour vous !

Cette argumentation est absolument pathétique. Elle peut convaincre, il est vrai, les membres du Conseil d’Etat eux-mêmes, dont les salaires sont suffisamment confortables pour estimer que le mode de financement des soins bucco-dentaires n’est qu’un détail sans importance. Opposer le remboursement des soins dentaires à la prévention est absurde, sauf à croire que les gens arrêteraient du jour au lendemain de se brosser les dents sitôt que leurs frais de dentistes seraient remboursés. Rappelons pourtant que l’assurance que nous préconisons vise à couvrir les soins de base ET la prévention. On ne sait trop quelle chimérique expertise le Conseil d’Etat est allé cherché. Il aurait mieux fait d’aller regarder simplement des publications locales, comme par exemple une étude de l’Unité d’épidémiologie populationnelle des HUG, parue en 2012, et qui dit notamment qu’« une personne sur cinq renonce à se faire soigner pour des raisons financières » et que ce nombre passait à « une personne sur trois dans les ménages les plus pauvres ».

Du reste, pour la plupart des habitants de Genève, qui n’ont pas un salaire de Conseiller d’Etat pour vivre, il n’est pas nécessaire de citer des études scientifiques pour prouver la justesse et la nécessité de notre initiative. Tant il s’agit d’une réalité criante que mis à part les quelques dispositifs cités par le Conseil d’Etat et qui ne sont guère qu’une goutte d’eau dans la mer, il n’existe à Genève que des cliniques dentaires privées, dont les frais sont exorbitants, hors de la portée des classes populaires. Comme le dit l’adage, les petits problèmes des petites gens ne sont petits que pour ceux qui ne les vivent pas au quotidien, les hommes d’Etat bourgeois.

Bref – argumentaire pathétique du Conseil d’Etat mis à part – l’essentiel est que l’initiative populaire « pour le remboursement des soins dentaires » sera soumise au Grand Conseil, et suivra son cours jusqu’à la votation populaire. Nous avons bon espoir qu’elle puisse être acceptée par le peuple en votation – l’accueil enthousiaste que nous avions massivement reçu lors de la récolte de signatures nous donne de bonnes raisons de penser que la population en sa majorité ne partage pas l’avis du Conseil d’Etat – et nous nous battrons résolument et avec détermination pour cela.

Pour le Parti du Travail

Alexander Eniline

Président

Plan du site |  RSS 2.0