Accueil du site > votations > Communiqué de presse relatif aux résultats des votations populaires du 3 mars (...)

Communiqué de presse relatif aux résultats des votations populaires du 3 mars 2013

lundi 4 mars 2013

Le Parti du Travail salue l’acceptation par le peuple genevois de l’initiative de l’AVIVO « stop aux hausses des tarifs des TPG » que nous avions soutenu dès son lancement. Ce vote constitue une sanction méritée pour l’arrogance du Conseil d’Etat et la direction des TPG, qui se considéraient en droit de changer le réseau des TPG comme cela leur chante et d’augmenter les tarifs selon leur bon vouloir, sans tenir compte des besoins des usagers et sans devoir rendre de comptes à personne. L’augmentation du prix des abonnements mensuels pour les jeunes entre 18 et 25 ans est certes une erreur malheureuse des rédacteurs de l’initiative, et le Parti du Travail espère que cette erreur sera corrigée par le Grand conseil, mais nous considérons que la campagne des partis gouvernementaux qui s’est focalisée sur ce point était une diversion visant à occulter le véritable enjeu de l’initiative : l’inscription des tarifs des TPG dans la loi, rendant toute hausse soumise au référendum facultatif, l’exigence du contrôle populaire dont précisément ils ne voulaient pas. Nous ne saurions toutefois nous satisfaire de ce résultat, qui est déjà un grand succès, notre but demeurant la gratuité totale des TPG, qui n’a rien d’utopique (les communes françaises d’Aubagne, de Châteauroux, Tallinn, bien d’autres villes du monde encore, l’ont fait, avec un résultat largement positif et sans la catastrophe financière pronostiquée par la droite genevoise) et qui reste la seule solution rationnelle.

Nous saluons également l’adoption de l’initiative Minder, que tous les millions, l’hystérie et les prophéties apocalyptiques de la droite et d’Economiesuisse n’ont pas pu empêcher. Certes, cette initiative demeure limitée dans sa portée car elle n’interdit pas vraiment les salaires abusifs, même si les primes d’arrivée et les parachutes dorés seront désormais prohibés. Par ailleurs, elle renforce le pouvoir des actionnaires, des propriétaires du capital donc, et n’apport aucun avantage aux salariés. Il n’en demeure pas moins que l’interdiction des parachutes dorés et des primes d’arrivée, l’obligation faite aux caisses de pension de voter dans l’intérêt de leurs assurés, sont des progrès qui ne sauraient être sous-estimés. Et surtout la portée symbolique est forte. L’adoption de cette initiative cristallise en effet l’indignation des classes populaires de ce pays face à l’arrogance et à l’oppression capitaliste, le début d’une prise de conscience que le capitalisme est un système moralement inacceptable et socialement destructeur. L’initiative Minder n’apporte il est vrai pas de solutions véritables face à cette prise de conscience, car il n’existe pas de solutions aux maux du capitalisme en restant dans son cadre. C’est à nous qu’il revient à apporter aux classes populaires les réponses politiques qu’elles recherchent. Nous saluons en particulier l’adoption de l’initiative populaire jurassienne pour des salaires minimum, une victoire majeure pour les travailleurs, qu’il s’agira de concrétiser au niveau national par l’acceptation de l’initiative de l’USS pour un salaire minimum de 4’000,- par mois.

Nous regrettons par contre l’adoption de la loi cantonale sur la fusion des caisses CIA et CEH et des pertes qu’elle occasionnera pour les retraités. Malheureusement la campagne alarmiste et mensongère des partisans de la fusion, la démagogie anti-fonctionnaires, la menace du chaos en cas de NON ont payé. Le Parti du Travail exprime sa plus vive préoccupation face à ce résultat. Nous rappelons aux travailleurs, à tous les travailleurs, du privé comme du public, que cette loi n’est qu’une étape de l’offensive générale de la bourgeoisie de ce pays contre les retraités, pour la diminution des rentes, la hausse de l’âge de départ de la retraite, afin de voler leur argent durement gagné aux retraités afin de le mettre à disposition des banques. La victoire que la bourgeoisie genevoise a remporté aujourd’hui lui donnera la possibilité de frapper bientôt de nouveau, et plus mal, les retraités, et il faut rester vigilants face à cette perspective. Mais à tout prendre ce vote, et le chantage qui l’a précédé, révèle plus brutalement que jamais l’énorme escroquerie que constitue le dit système des trois piliers, que le Parti du Travail avait dénoncé comme tel dès 1971. Il est plus temps que jamais de relancer une initiative populaire pour de véritables retraites populaires dans le cadre de système par répartition intégral.

Plan du site |  RSS 2.0