Accueil du site > votations > Communiqué de presse sur le résultat des votations populaires du 14 juin (...)

Communiqué de presse sur le résultat des votations populaires du 14 juin 2015

dimanche 14 juin 2015

Il serait superflu de tenter de le dissimuler, le vote de ce 14 juin constitue pour nous une déception majeure, une preuve du poids écrasant de l’idéologie de la droite patronale dans notre pays, qui à coup d’une propagande massue, hors de prix et tendancieuse au possible arrive à convaincre les citoyens issus des classes populaires de voter contre leurs intérêts les plus directs. Cela montre aussi tout le travail politique qu’il nous reste à faire pour inverser la tendance…

Nous ne pouvons guère nous accorder un satisfecit que pour des points qui étaient à nos yeux moins essentiels. Le diagnostic préimplantatoire tout d’abord, que nous avions soutenu, mais qui a fait débat dans nos rangs, puisque le Comité central du Parti Suisse du Travail avait soutenu le Non, sans toutefois atteindre la majorité qualifiée, et que c’est la position inverse qui a prévalu au sein de la section genevoise. Nous attendons de la loi d’application qu’elle garantisse effectivement un libre-choix pour les parents qui doivent avoir recours à la fécondation in vitro, ce qui est juste et ce que nous avons soutenu, mais aussi qu’elle évite les potentielles dérives que les adversaires ont pointé du doigt. Nous pouvons également nous féliciter de l’acceptation de la LRTV, même si c’est à une majorité extrêmement faible : le peuple a, nonobstant le caractère plus que serré du résultat, balayé l’offensive des ultra-libéraux pour la liquidation de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un service public. Car, répétons-le, un service public tel que la RTS est absolument indispensable, a fortiori dans notre pays qui compte quatre langues et a besoin de maintenir une cohésion nationale. L’information ne doit pas devenir qu’une marchandise. Ceci dit, et le résultat très serré devrait y faire penser, la RTS est aujourd’hui très loin d’être le service public qu’elle devrait être, et est souvent plus une officine de propagande pro-gouvernementale qu’une télévision véritablement démocratique. Il y a encore beaucoup à faire pour que cet état de choses change.

Mais pour les trois autres sujets de votations, les plus cruciaux à nos yeux, le résultat est clairement négatif pour les classes populaires de notre pays. Une propagande forcenée, à prix d’or, et plus que tendancieuse, de la droite et du patronat a convaincu les électeurs, dont la très grande majorité proviennent des classes populaires, de voter contre une harmonisation des bourses d’études et contre l’imposition des successions de plus de deux millions pour financer l’AVS. A coup d’arguments parfaitement fallacieux, les représentants politiques de la classe dirigeante ont convaincu les travailleurs de voter contre leurs intérêts les plus directs, au service exclusifs des privilèges scandaleux des plus riches. Inutile de dire que le baratin habituel sur l’horrible catastrophe qui réduirait en cendres notre économie si jamais l’une de ses deux initiatives, pourtant très modérées, venaient à passer, n’a aucune crédibilité et ne masque même pas que la droite ne défend rien d’autre que les privilèges d’une poignée de millionnaires. Mais ce double vote augure un sombre avenir pour les retraités, car pour les retraites la droite n’a que le démantèlement pour projet – et le « socialiste » Alain Berset n’a aucun scrupule à y contribuer – et pour les jeunes dont les parents ne peuvent financer les études universitaires.

Pour ce qui est des votations cantonales, le MCG a réussi son objectif de planter un premier clou dans ce qu’il espère être le cercueil de la LDTR, de liquider tout droit et toute protection des locataires, pour le plus grand profit des propriétaires et des promoteurs, qui pourront bâtir des fortunes encore plus démesurées, sur des loyers encore plus abusif, des hausses encore plus importantes et injustifiées, des expulsions encore plus fréquentes, des congés-ventes et une spéculation encore plus effrénée. Il est vraiment regrettable que le peuple ait mordu à l’hameçon d’une propagande massive et mensongère, et ait avalé cette arnaque concoctée par le promoteur-député Ronald Zacharias. Nous rappelons en tout cas que ce n’est certainement pas le libre-marché qui va jamais résorber la crise du logement à Genève. Jamais les promoteurs ne mettront fin à une pénurie dont ils profitent à ce point scandaleusement ! Seule une intervention massive des pouvoirs publics le pourrait, mais les défenseurs des locataires auto-proclamés de la droite font tout pour que jamais une telle intervention ne se concrétise. Ce vote aura au moins un tout petit bénéfice de rappeler pour la cent-millième fois ce qu’est le MCG : un parti de droite, et seulement de droite, qui défend les intérêts des plus riches, et d’eux seuls. Du reste, un grand propriétaire immobilier qui défend les locataires, qui pourrait y croire ? C’est à peu près aussi crédible qu’un renard qui prétendrait défendre les poules !

La conclusion que nous devons tirer en tout premier lieu de ces votations, c’est la nécessité de renforcer le Parti du Travail et la diffusion de ses idées, afin de battre la droite dans les têtes des gens avant de la battre dans les urnes, et de proposer aux classes populaires un meilleur avenir que toujours plus de privilèges pour une poignée de millionnaires au prix de toujours plus de démantèlement social pour les autres.

Pour le Parti du Travail

Alexander Eniline

Président

Plan du site |  RSS 2.0