Accueil du site > Actualités > Déclaration du Parti Suisse du Travail sur le coup d’État en Ukraine et la (...)

Déclaration du Parti Suisse du Travail sur le coup d’État en Ukraine et la paix en Europe

samedi 12 avril 2014

Les évènements se déroulant actuellement en Ukraine inquiètent profondément le Parti Suisse du Travail (PST-POP). Après la Libye et la Syrie, c’est aujourd’hui au tour de ce pays de subir l’ingérence des États impérialistes. Au nom de l’ « exportation » de la démocratie, les dirigeants et la presse des États-Unis et des pays de l’Union européenne, mais aussi de la Suisse, chantent depuis plusieurs mois les louanges de l’oligarchie qui a prit le pouvoir en Ukraine à la fin du mois de février dernier, tandis qu’ils diabolisent et qualifient de « totalitaires » ceux qui s’opposent à cet interventionnisme occidental.

Le PST-POP s’oppose à cette vision partiale véhiculée par les médias mainstream. Alors qu’un véritable coup d’État (on ne peut pas appeler autrement le renversement violent d’un gouvernement démocratiquement élu) avait lieu entre le 20 et le 22 février, les journaux parlaient de « victoire de la démocratie ». Alors que la dissidence, devenue entre-temps coalition gouvernementale, est composée des franges les plus réactionnaires du spectre politique ukrainien (y compris de groupes néo-nazis et néo-fascistes), la presse s’est contentée de mettre en avant la volonté de réforme de manifestants pacifiques. Alors que, d’après les sondages, pas plus de 37% de la population ukrainienne n’était favorable à une adhésion de l’Ukraine à l’UE, on nous faisait croire qu’une grande majorité des Ukrainiens était pro-européens. Beaucoup de mensonges et de manipulations pour essayer de cacher ce qui est véritablement en jeu : le rapprochement des USA et de l’UE des frontières russes.

Comme si cela ne suffisait pas, le summum de l’hypocrisie a été atteint suite au référendum d’autodétermination de Crimée qui a eu lieu le 16 mars. La conséquence de celui-ci, c’est-à-dire le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie, a provoqué des déclarations outrées et légalistes des dirigeants des pays occidentaux : les mêmes qui s’étaient empressés de soutenir le coup d’État quelques semaines plus tôt ! Le PST-POP considère que ce référendum n’est pas une solution aux problèmes réels des peuples criméen et ukrainien : en effet, la Russie aussi défend ses propres intérêts dans cette affaire. Mais il s’insurge néanmoins contre ces jugements « deux poids, deux mesures ». Et plus grave encore que les grandes déclarations, les USA et l’UE se servent maintenant de cette annexion pour préparer toute une série de sanctions et de provocations militaires à l’encontre de la Russie.

Dans un tel contexte, il est légitime de craindre une escalade militaire menant à une confrontation entre l’OTAN et la Fédération de Russie. La paix en Europe est menacée et les puissances impérialistes, dont l’UE, en sont responsables. De quoi nous interroger sur le prétendu rôle de maintien de la paix de l’UE. Face à ce constat, le PST-POP témoigne toute sa solidarité aux peuples ukrainien et criméen, de même qu’au Parti communiste d’Ukraine, qui est aujourd’hui victime d’interdictions dans plusieurs régions du pays. Notre parti condamne le rôle de l’UE et des USA dans la crise actuelle, de même que celui de la Suisse, à travers son président Didier Burkhalter, également président de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

Parti Suisse du Travail, 7 avril 2014

Plan du site |  RSS 2.0