Accueil du site > Activités > luttes sociales > Initiative législative « Touche pas à mes dimanches ! »

Initiative législative « Touche pas à mes dimanches ! »

Contre des commerces ouverts tous les dimanches

mercredi 16 octobre 2013

Au travers d’une modification en cours au niveau fédéral de la notion de zones touristiques dans une Ordonnance de la loi sur le travail (OLT2) se profile une généralisation des ouvertures dominicales des commerces en Suisse .

La loi cantonale actuelle sur les heures d’ouverture des magasins octroie une dérogation automatique pour les ouvertures les dimanches à tous les commerces au bénéfice d’une disposition dérogatoire de l’OLT2. Or, aujourd’hui, il n’existe aucune zone touristique reconnue à Genève. Mais si demain, parce que Genève en tant que grande ville et canton frontalier est reconnu comme zone touristique, les commerçants pourront ouvrir du jour au lendemain et sans consultation populaire tous les dimanches !

L’initiative législative « Touche pas à mes dimanches » vise à empêcher l’ouverture systématique des commerces les dimanches à Genève tout en préservant la situation actuelle en sortant de la clause dérogatoire l’article 25 de l’OLT2 qui définit les zones touristiques.

1) Le dimanche : un jour libre en danger !

Le dimanche est le seul jour de la semaine où la plupart de la population peut se retrouver. Le dimanche constitue une oasis pour beaucoup permettant de se retrouver entre amis, en famille. Empêcher l’ouverture généralisée des commerces les dimanches participe d’une politique sociale envers l’ensemble de la population afin de garantir au maximum de personnes un jour libre commun. Aujourd’hui plus de 20’000 personnes travaillent dans la vente.

2) Plus de loisirs et de moments de détente, moins de consumérisme !

Les magasins peuvent déjà ouvrir les magasins près de 80h par semaine, les magasins des gares et aéroports ainsi que des stations-services sur les grands axes routiers sont aussi ouverts les dimanches comme de nombreux petits commerces. Les opportunités d’achats pour satisfaire les besoins de la population sont largement suffisantes pour ne pas avoir à ouvrir tous les commerces. Au lieu de promouvoir le consumérisme, développons les activités de loisirs, les moments de culture et de détente les dimanches !

3) Le dimanche au calme !

Les rues du centre-ville et les voies menant aux zones d’activité sont engorgées par le trafic automobile qui produit des nuisances sonores et de la pollution. Le dimanche est le seul jour de la semaine où, parce que l’activité est diminuée, les riverains des axes de circulation et la population dans son ensemble peuvent profiter d’un calme relatif. En ancrant dans la loi l’interdiction d’ouvrir les magasins les dimanches, on s’assure au moins un jour avec peu de nuisances dans la semaine. Le repos c’est important !

4) Halte aux manœuvres anti-démocratiques : la population doit pouvoir se prononcer

Après avoir perdu 9 votations cantonales sur 10 ces dernières années, les grands distributeurs ont décidé d’obtenir une extension des heures d’ouverture des magasins en contournant le système démocratique. Ainsi ils préparent, avec l’assentiment du Parlement fédéral, une modification d’une Ordonnance de la loi sur le travail permettant des ouvertures dominicales des magasins. En modifiant l’Ordonnance, sans toucher à la loi, ils empêchent les opposants aux ouvertures dominicales de lancer un référendum et, en définitive, la population de donner son avis sur un sujet extrêmement important. L’initiative législative « Touche pas à mes dimanches » permettra à la population genevoise de se prononcer sur l’ouverture dominicale des commerces.

Plan du site |  RSS 2.0