Accueil du site > Actualités > Journée Internationale des Femmes - Communiqué du Parti suisse du (...)

Journée Internationale des Femmes - Communiqué du Parti suisse du Travail

samedi 8 mars 2014

C’est en 1910, lors de la 2ème conférence internationale des femmes socialistes, que jaillit l’idée d’une Journée Internationale des Femmes. La féministe et communiste Clara Zetkin y propose en effet pour la première fois qu’une journée soit organisée chaque année pour revendiquer le droit de vote et de meilleures conditions de travail pour les femmes. A partir de 1917, la date du 8 mars devient une tradition, suite aux manifestations des ouvrières russes à Petrograd pour réclamer la paix et du pain.

Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Le droit de vote a été conquis et les discriminations au travail ont diminué, grâce aux luttes menées pendant des dizaines d’années. Mais c’est surtout une minorité qui a profité de ces progrès, et les femmes restent aujourd’hui les principales victimes de la pauvreté, occupant les emplois les plus précaires et subissant de plein fouet les politiques d’austérité. Cette journée du 8 mars est là pour nous le rappeler.

En Suisse et ailleurs en Europe, les droits des femmes sont actuellement la cible des milieux les plus réactionnaires, particulièrement prolifiques en ces temps de crise. Ceux-ci s’en prennent en particulier au droit à l’avortement libre et gratuit. Si en Suisse, l’initiative pour la privatisation de l’interruption de grossesse a été largement rejetée en votation populaire, des attaques similaires se poursuivent ailleurs et connaissent plus de succès, notamment en Espagne.

Mais la remise en question du droit à l’autodétermination quant à leur corps n’est pas la seule attaque en cours. En Suisse, l’offensive la plus importante en ce moment vient du Conseil fédéral, par la voix d’Alain Berset : la réforme de la prévoyance vieillesse 2020 actuellement en consultation. En argumentant que les femmes veulent l’égalité, on propose entre autres l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans. Ainsi l’idée d’égalité est instrumentalisée dans le mauvais sens. Selon le PST/POP, une égalisation de l’âge de la retraite devrait se faire en la fixant pour les femmes et les hommes autour des 60 ans.

En réalité, le projet Berset, soutenu par les banquiers et les assureurs, veut faire payer aux travailleuses et aux travailleurs les frais de l’allongement de la durée de vie de la population, alors que c’est le système des retraites lui-même qui ne fonctionne pas, en particulier son deuxième pilier. En Suisse, la lutte des femmes travailleuses pour conserver leurs acquis sociaux et améliorer leurs conditions de vie passera en grande partie, au cours des prochaines années, par un combat contre le projet Berset et pour de véritables retraites populaires.

Parti Suisse du Travail 8 mars 2014

Plan du site |  RSS 2.0