Accueil du site > Actualités > Le Parti du Travail lance aujourd’hui sa campagne aux élections (...)

Le Parti du Travail lance aujourd’hui sa campagne aux élections fédérales

vendredi 30 août 2019

Le Parti du Travail, section cantonale genevoise du Parti Suisse du Travail, lance aujourd’hui sa campagne pour les élections fédérales du 20 octobre prochain. C’est l’occasion de dévoiler notre programme électoral, qui est celui du Parti Suisse du Travail, parti national qui présente des listes dans plusieurs cantons. Ainsi que nos affiches et notre tract de campagne.

Notre Parti se présente sous le slogan « Pour un changement radical ! ». Cela, parce que nous considérons qu’il n’est ni possible, ni souhaitable de continuer comme avant, et que la politique des compromis avec les partis bourgeois, ou des changements graduels et en douceur ne saurait répondre à l’urgence du moment.

Les rapports du GIEC sont formels. Il nous reste peu d’années pour agir afin que simplement notre planète reste habitable pour nous. Les experts du GIEC eux-mêmes, qui ne sont pas des militants communistes, disent que pour cela il faut un changement de système. Quant à nous, nous estimons que pour réellement changer de système il faut rompre avec le système capitaliste, pour une nouvelle société socialiste. C’est un changement radical que nous proposons, mais le maintien d’un système qui concentre la moitié de la richesse mondiale en une poignée de mains, pendant que 800 millions de personnes souffrent toujours de la faim, et que des centaines de milliers de personnes en Suisse sont touchées par la pauvreté, n’a rien de souhaitable. C’est pour porter cette perspective d’un changement radical que le Parti Suisse du Travail présente des listes dans plusieurs cantons, dont celui de Genève.

Pour qu’aucune voix ne soit perdue, le Parti du Travail a accepté de signer un accord de sous-apparentement avec les quatre listes déposées par solidaritéS et le DAL. C’est pourquoi nos listes portent l’appellation « Ensemble à Gauche – Parti du Travail ». Parce que nous restons convaincus que cette coalition reste indispensable. Et parce que de cette façon les voix allant à chacune des cinq listes au Conseil national d’Ensemble à Gauche s’additionnent, ce qui rend tout à fait réaliste l’atteinte par celle d’entre elles qui ferait le meilleur score d’un siège sous la coupole.

La première priorité de campagne que nous souhaitons mettre en avant est celle de la politique de la santé, qui préoccupe à juste titre les habitants de notre pays. En effet, les primes d’assurance maladie atteignent aujourd’hui des montants insoutenables, proprement ruineux pour les classes populaires, et même les classes moyennes. Cela n’empêche pas pourtant que nombre de soins, pourtant essentiels (comme les soins dentaires), ne sont pas pris en charge par l’assurance de base. Les assurés, déjà rackettés par leur assureur, doivent encore largement payer de leur poche…d’autant plus que le système des franchises les dissuade trop souvent d’aller se faire soigner.

Les assureurs disent que ce n’est point de leur faute, et qu’ils sont bien obligés d’augmenter les primes d’année en année à cause de l’élévation inexorable des coûts de la santé. Aussi les politiciens rivalisent de propositions pour freiner la hausse des coûts de la santé, voire les réduire. Nous pensons par exemple aux mesures présentées par le conseiller fédéral Alain Berset, ainsi que l’initiative du PDC pour un frein aux coûts de la santé.

Certes, tout n’est pas à jeter dans ces propositions. Mais elles ont un défaut majeur, qui en rendrait l’application au mieux peu efficace, et engendrerait certainement des effets pervers. Ce défaut, c’est qu’elles s’obstinent à considérer que les assureurs font partie de la solution, alors qu’en fait ils sont une partie du problème, si ce n’est le problème majeur du système de santé en Suisse. Plus grand monde ne prétend croire que la hausse des primes serait proportionnelle à celle des coûts de la santé, puisqu’il est bien connu que depuis des années les primes sont prélevées bien au-delà de ce qui est requis, que les réserves sont surdimensionnées. Et que dire du scandale des primes payées en trop pendant des années dans certains cantons, des frais de publicité, de lobbying, des salaires mirobolants des dirigeants des caisses maladie…De ce fait, toutes les mesures les mieux intentionnées risquent de n’avoir guère d’impact pour faire baisser les primes. Et elles risquent bien plutôt en pratique de signifier une médecine à deux vitesse, une réduction des prestations au détriment des patients, le fait de devoir plus payer de sa poche (tout en continuant à se faire racketter tout autant pas sa caisse maladie).

Le Parti du Travail avait proposé de vraies solutions pour ce problème. Soit notre initiative pour le remboursement des soins dentaires, qui aurait comblé une lacune criante ; ainsi que celle pour une caisse maladie publique genevoise à but social, qui aurait permis au moins de mettre en place le début d’une solution face au cartel des assureurs privés et à ses abus. Très peu de partis ont soutenu cette initiative, dont presque aucun au gauche (seul le DAL, la Jeunesse socialiste et les Jeunes Verts, ni le PS, ni les Verts, ni solidaritéS). De quoi se poser la question si ces partis sont réellement du côté des assurés face aux caisses privées.

Même si nos deux initiatives n’ont pas passé la rampe du suffrage populaire, elles ont toutes deux obtenu près de 45% de votes en leur faveur, un score presque identique. Ce qui témoigne du fait qu’elles répondent à une vraie préoccupation populaire. Aujourd’hui, nous considérons qu’il n’y aura pas de solution au problème des coûts de la santé sans se débarrasser du cartel des assureurs privés, au profit d’une caisse maladie unique, publique, avec des primes en fonction du revenu et de la fortune. Il est nécessaire également de s’attaquer aux profits mirobolants de l’industrie pharmaceutique.

Pour que le changement radical dont les classes populaires de notre pays ont tant besoin devienne réalité, nous vous appelons à voter pour les listes « Ensemble à Gauche – Parti du Travail », liste n° 28 au Conseil national, et liste n° 10 au Conseil des Etats.

Portfolio

Affiche Conseil des Etats, jpg Affiche Conseil national, jpg
Plan du site |  RSS 2.0