Accueil du site > Activités > Référendums > Naxoo est à nous ! Gardons le contrôle de notre téléréseau ! Signez le (...)

Naxoo est à nous ! Gardons le contrôle de notre téléréseau ! Signez le référendum Ville de Genève !

jeudi 1er août 2013

Service public municipal de qualité ou pompe-à-fric pour multinationale  ? Maintenons une OFFRE DIVERSIFIÉE et BON MARCHÉ,
 gardons le CONTRÔLE de notre téléréseau, défendons l’EMPLOI !

Le 25 juin dernier, une majorité du Conseil municipal de la Ville de Genève votait la privatisation totale du téléréseau genevois 022Télégenève / Naxoo, par la vente de toutes les actions de la société, jusque-là en main publique, à UPC Cablecom, filiale de la multinationale Liberty Global, basée à Denver aux USA. Ce bradage d’un bien public peut être stoppé par ce référendum appuyé par Syndicom, par tous les syndicats genevois (CGAS), par Ensemble à Gauche et divers autres groupements, associations, et citoyen·ne·s...

10 BONNES RAISONS DE SIGNER CE RÉFÉRENDUM  :

La distribution de chaînes TV, de téléphonie, d’Internet... peut et doit rester un service public municipal de proximité, piloté depuis Genève... dont les bénéfices sont réinvestis, comme jusqu’ici, au service des habitant·e·s, et pas une pompe-à-fric pour multinationale US.

Des emplois à Genève sont en péril : le contrat signé par la Ville autorise de licencier 10% du personnel de 022 Télégenève / Naxoo chaque année pendant 5 ans et tous les autres ensuite.

Quant à leurs conditions de travail, par rapport à leur caisse de retraite, sur la question de leur Convention collective de travail (CCT), les salarié·e·s de 022 Télégenève SA n’ont aucune garantie, au contraire UPC refuse de signer une convention...

La société 022 Télégenève elle-même disparaîtra d’ici un an ou deux, absorbée par UPC Cablecom, qui veut d’ailleurs commencer à « migrer » des clients vers UPC Cablecom à Zurich, sans attendre le vote municipal. Une filouterie à sanctionner !

La vente de nos actions de 022 Télégenève / Naxoo à UPC Cablecom, vient récompenser un partenaire déloyal qui a bénéficié depuis 2006 de grosses commandes de travaux pour rénover le réseau, mais n’a pas tenu ses engagements en bloquant la mise en œuvre de nouvelles technologies à Télégenève pour dégoûter la collectivité et rafler le magot.

Parce qu’UPC Cablecom ne garantit pas la diversité culturelle et l’accès le plus large et bon marché que la population de Genève est en droit d’attendre. Avec la privatisation, hausse de tarifs et normalisation de l’offre par le bas sont programmées.

Car le réseau, actuellement entièrement rénové à hauteur de 40 millions d’investissements, est un atout pour l’avenir qu’il serait idiot de brader. Les prestations de Naxoo peuvent être développés au service de tous au prix d’investissements complémentaires modestes et autofinancés par la société.

Le préposé fédéral à la protection des données affirmait au Matin qu’il « n’utiliserait jamais un fournisseur de services américain », pour protéger sa sphère privée. Livrer les clés d’un réseau aboutissant dans les salons de 80 000 habitant·e·s de notre Ville à une multinationale US, c’est faire du zèle au service de la NSA et autres officines d’espionnage des Etats-Unis d’Amérique.

D’autres villes, ont refusé de céder aux pressions et aux pratiques douteuses d’UPC Cablecom  : Lausanne, Sion, Sierre, Martigny, Nyon... Genève serait-elle vraiment plus bête que ses voisines  ?

Service public municipal bon marché et de qualité dans un domaine d’avenir ou pompe-à-fric pour multinationale  : c’est une décision importante, tous les habitant-e-s doivent pouvoir se prononcer démocratiquement  !

Plan du site |  RSS 2.0