Accueil du site > Actualités > Réponse à des attaques malhonnêtes venant de solidaritéS

Réponse à des attaques malhonnêtes venant de solidaritéS

jeudi 28 mars 2019

C’est avec surprise que le Parti du Travail a pris connaissance des propos de Thibault Schneeberger, secrétaire de solidaritéS, dans la Tribune de Genève d’aujourd’hui, disant que « La situation avec le PdT n’est d’ailleurs pas simple non plus au niveau national. Nous avons des divergences politiques avec certains de leurs élus qui remettent en cause l’accueil inconditionnel des migrants, que nous défendons ». Nous sommes surpris de ces propos, et ne voyons absolument pas de quoi il s’agit. L’accusation étant vague au possible – quels élus ? de quels objets est-il question ? – il n’est pas évident de répondre aux accusations de Thibault Schneeberger, ou simplement de s’assurer qu’elles reposent sur quelque chose.

Nous ne pouvons pas par contre ne pas nous insurger contre la malhonnêteté du procédé, qui, sur la base d’accusations pour le moins non définies, vise à créer l’amalgame et jeter, de manière calomnieuse, un soupçon de xénophobie sur notre Parti. Nous avons pris note que solidaritéS a décidé de nous attaquer par presse interposée, et en tiendrons compte pour l’avenir. Nous profitons de l’occasion pour rappeler, entre parenthèses, que la prétendue « règle des deux ans » n’a strictement aucune existence au sein d’Ensemble à Gauche, et qu’il ne suffit pas que solidaritéS veuille très fort qu’une telle règle existe pour qu’elle soit ipso facto en vigueur.

Pour faire taire tous les amalgames calomnieux, nous tenons à citer un extrait du programme électoral du Parti Suisse du Travail pour les élections fédérales de 2015 :

« Une Suisse ouverte pour toutes et tous

Le racisme contribue au maintien du pouvoir. Les boucs émissaires servent à diviser les travailleuses et les travailleurs et à détourner la population des vrais problèmes.

Concrètement, nous revendiquons :

• le droit de vote et d’éligibilité pour toutes les personnes vivant en Suisse ;

• le passeport suisse pour toutes les personnes nées en Suisse ;

• la légalisation des sans-papiers, car personne n’est illégal ;

• un véritable droit d’asile, fondé sur des principes de sincère solidarité entre les peuples, ce qui implique une sortie des traités de Schengen et Dublin une Suisse ouverte pour les réfugié-e-s et des lieux d’accueil adéquats pour les migrant-e-s ;

• une libre circulation des personnes en provenance du monde entier, et pas seulement des pays européens comme le veut l’UE ; le droit à un travail pour toute personne vivant en Suisse.

Et nous ne renoncerons pas...

avant que, dans la société socialiste, le racisme et la xénophobie ne soient plus que le souvenir d’un sombre passé. »

Notre Parti s’en tient à ses principes dans son action politique. Toute insinuation en sens contraire est bassemement calomnieuse.

Pour le Parti du Travail

Alexander Eniline

Président

Plan du site |  RSS 2.0